X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Présentation

 

Caroline Barbary est docteure en sociologie. Elle a soutenu en mars 2019 une thèse sur les réseaux de la jeunesse révolutionnaire en Égypte, leurs formes d'action collective et leurs recompositions au cours de la période 2011- 2014. A partir d'un travail empirique approfondi et d'une perspective théorique combinant subaltern studies et sociologie des mobilisations, elle a reconstitué les trajectoires biographiques d'une multitude d'acteur.rice.s, qu'elle a articulé aux dynamiques organisationnelles des partis et collectifs informels, et aux reconfigurations politiques de la période révolutionnaire. Ce travail interroge les liens entre les jeunes, l'action collective et l'engagement politique en Égypte révolutionnaire. Comment comprendre que des acteur.rice.s pluriel.le.s en soient venu.e.s à recevoir et à utiliser une même dénomination : Chabab al-thawra ? Sous quels rapports ces " jeunes " se sont rassemblés, différenciés et fragmentés ? Cette thèse analyse les modalités de luttes pour le positionnement et le repositionnement politique dans l'espace public égyptien.

 

Spécialiste des sociétés du Monde arabe, elle conduit, depuis huit ans, seule ou en équipe, des travaux qui s’insèrent dans la réflexion des études postcoloniales et subalternes articulée autour d’une double problématique : la fabrique des identités politiques et la fabrique de l’espace réel de l’action. Sa spécialisation sur les mouvements sociaux et le militantisme dans les sociétés arabes est pleinement intégrée à une ambition scientifique plus large, dont l’un des enjeux est l’engagement dans une compréhension plus globale de la politique des gouverné.e.s dans les sociétés non-occidentales

Dans le cadre du programme « Early Career Researchers » du Conseil Arabe des Sciences Sociales (CASS), en partenariat avec le Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ), elle travaille en ce moment sur un nouveau projet portant sur les inégalités socio- territoriales et les politisations différentielles en Egypte, en s’intéressant aux groupes sociaux qui sont la plupart du temps invisibilisés par la recherche, parce que dominés socialement, géographiquement et politiquement.

 

Elle a notamment publié « Une autre jeunesse « copte » de la révolution. Politisation et trajectoires d’engagement dans l’Union des jeunes de Maspero », Tiers monde, 2016, no 3, p. 123-145.

 

https://doi.org/10.3917/rtm.226.0123

 

https://doi.org/10.3917/come.088.0155